Trouble auditif central

En bref…

  • la prévalence est estimée entre 3 et 10 %, elle toucherait deux garçons pour une fille;

  • c’est un trouble neurologique, leur audition périphérique (oreilles) est normale;

  • leur attention auditive est de courte durée;

  • le trouble de traitement auditif est une incapacité à analyser correctement et à traiter les sons entendus.

 

En détail…

 

Je comprends rien de ce qu’on m’explique…

Les enfants ayant un trouble auditif central peuvent entendre la parole normalement. Ceux qui ont un trouble lié au traitement auditif, c’est-à-dire à la réception, à l’interprétation et à l’intériorisation du langage parlé, éprouvent de la difficulté sur le plan de la mémoire auditive et de l’attention auditive. Ils ont besoin de plus en plus de temps pour traiter l’information avant de répondre à une question. Ainsi, ils peuvent éprouver des difficultés retenir une consigne, à organiser les éléments d’un discours ou interpréter un message verbal.

 
Les manifestations

 

Voici quelques indices qui peuvent laisser soupçonner chez un enfant l’existence d’un problème auditif central:

  • l’enfant se comporte comme si une perte auditive périphérique était présente alors que l’acuité est normale;

  • il peut avoir de la difficulté à comprendre un débit verbal rapide;

  • il a besoin de beaucoup d’organisation et de structure en classe;

  • il manifeste une difficulté à suivre les consignes multiples;

  • il demande souvent de répéter;

  • il démontre de faibles capacités d’apprentissage en écriture et en lecture;

  • il refuse souvent de participer aux discussions dans la classe ou répond de façon inappropriée;

  • il peut avoir une attitude ou un comportement renfrogné ou maussade;

  • il a souvent de pauvres habiletés en musique et en chant;

  • il peut avoir de la difficulté à entendre et à comprendre dans un milieu bruyant.

Les interventions

Il existe une série de principes généraux qui ont pour objectif de favoriser la communication en classe avec les élèves présentant des problèmes d’audition centrale.

Déterminer judicieusement la place à occuper dans la classe

Il faut déterminer toutes les options possibles pour la place occupée dans la classe. Il convient également de considérer des facteurs critiques tels que l’acoustique des salles relativement au niveau du bruit ambiant et de la réverbération, l’aménagement de la classe et le style de communication de l’enseignant. En général, ces élèves apprennent mieux dans une classe fermée que dans une classe à

« aires ouvertes ». Il est possible que l’évaluation audiologique révèle chez certains élèves une différence entre les deux oreilles sur le plan des habiletés d’ordre central. Dans un tel cas, une place dans la classe qui favorisera l’usage de la meilleure oreille est recommandée. L’audiologiste peut informer les parents sur les appareils disponibles pouvant filtrer les sons.

Attirer l’attention

Il faut toujours attirer l’attention de l’élève avant de donner des directives ou des instructions en classe. Appeler l’élève par son nom ou le toucher légèrement aide à canaliser son attention sur l’activité en cours.

Vérifier la compréhension

C’est une bonne pratique que de poser à l’élève des questions liées au thème à l’étude pour s’assurer qu’il suit bien et qu’il comprend la discussion.

Paraphraser et répéter

On doit encourager l’élève qui a des problèmes auditifs perceptuels à se manifester quand il ne comprend pas ce qu’on explique. Il ne faut pas hésiter non plus à reprendre en d’autres mots la phrase qu’on vient de dire, car celle-ci peut contenir certains sons ou groupes de sons que l’élève discrimine mal ou des
mots qui lui sont moins familiers. Certains élèves peuvent également présenter des retards de langage.

N.B. La dyslexie, le trouble auditif central, le trouble du langage et le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité sont au nombre des troubles d’apprentissage les plus connus.

Utiliser des consignes simples et courtes

Si les consignes sont trop longues ou complexes, l’élève présentant un problème de mémoire auditive limitée sera complètement perdu.

Faire une préparation

L’enfant qui peut lire à l’avance sur un sujet donné sera plus familier avec le vocabulaire et les concepts nouveaux vus en classe. Il pourra donc participer plus activement aux discussions de groupe. Cette activité est très importante et peut être assumée par les parents.

Faire une liste de vocabulaire

Avant d’aborder de nouvelles notions, il est souhaitable qu’on puisse afficher au tableau le vocabulaire qui sera utilisé et provoquer une discussion autour des mots qui le composent.

Établir des points de repère visuels

Les repères visuels permettent à l’élève de tirer profit des ses forces et de fournir ainsi les associations
auditivo-visuelles souvent nécessaires à l’apprentissage de nouveaux concepts et du langage.

Fournir un soutien personnel à l’élève

L’élève présentant un problème perceptuel a besoin d’une attention individuelle. Autant que possible, il faut lui fournir un soutien individuel pour l’aider à combler les écarts de langage et de compréhension provenant de son problème auditif.

Aménager des aires d’étude tranquilles

Il est important de fournir des endroits de travail qui ne comportent aucune source de distraction visuelle ou auditive. Cette pratique permet d’atténuer le problème de discrimination figure-fond de l’élève.

Amener les autres intervenants à s’engager

Aviser tous les membres du personnel et les parents des sujets de vocabulaire et de langage qui seront vus en classe afin que la préparation préalable soit un complément aux activités en classe.

Écrire les consignes au tableau

Les élèves présentant des problèmes perceptuels peuvent avoir de la difficulté à suivre des consignes données verbalement. Il faut donc les aider en écrivant ces consignes au tableau pour qu’ils puissent les recopier dans leur cahier de notes. On peut également demander la participation de certains élèves qui
s’assureront que l’élève en difficulté a bien compris ce qui doit être fait pendant la journée.

Encourager la participation