Dysphasie

 

La dysphasie se définit par une anomalie du développement du langage en lien avec un dysfonctionnement des structures cérébrales spécifiquement en jeu lors du traitement de l’information langagière. Les aspects réceptifs (réception et compréhension du message verbal) et les aspects expressifs (production et organisation du message verbal) sont touchés, ce qui empêche l’enfant de communiquer normalement et d’accomplir des activités liées à son âge. Souvent, les difficultés reliées à ce trouble apparaissent chez l’enfant avant l’âge de deux ans. Ces enfants ne sont pas sourds et ils ont tout ce qu’il faut pour parler (bouche, langue, lèvres et cordes vocales qui fonctionnent bien). Ce trouble n’est pas causé par un manque de stimulation, de mauvaises habiletés parentales, problèmes socio-affectifs ou par une déficience intellectuelle. Selon les études, la dysphasie pourrait trouver sa cause au niveau génétique ou suite à des complications qui peuvent survenir à la naissance ou peu après. On estime que 3 à 4% de la population infantile serait touchée par la dysphasie et plus souvent chez les garçons que les filles.

 

Il n’existe pas qu’un seul profil qui peut être observé chez les enfants dysphasiques, puisque les déficits peuvent se situer à des niveaux linguistiques différents et à un degré plus ou moins sévère. Notons qu’aux troubles langagiers (compréhension et expression verbale) se greffent des troubles d’abstraction, des troubles de généralisation, des troubles de perception du temps et occasionnellement des troubles de perception auditive. Des troubles d’apprentissage peuvent également coexister avec la dysphasie. Ce trouble est considéré comme un problème grave de la communication et du développement, ce qui nécessite l’identification de la pathologie le plus tôt possible par l’orthophoniste et l’application d’une approche individualisée et adaptée au niveau de la famille et des services éducatifs.

 

Les troubles liés à la dysphasie

  • les troubles langagiers: touchent à la fois la compréhension et l’expression verbale pouvant affecter la syntaxe, la sémantique, la phonologie, la pragmatique, le discours, etc;

  • les troubles d’abstraction: se traduisant par une difficulté à dégager les éléments essentiels d’un ensemble complexe pour intégrer un concept. La compréhension est meilleure pour des éléments concrets;

  • les troubles de généralisation: s’expliquant par une difficulté à appliquer à d’autres situations des notions apprises dans un contexte donné;

  • les troubles de perception du temps: difficulté à comprendre les notions temporelles et à se repérer dans le temps;

  • les troubles au niveau des habiletés métalinguistiques: se manifestent par une difficulté à évoquer des rimes, à classer par champs sémantiques, à faire l’analyse des ambiguïtés, à saisir le langage figuré, etc.